FANDOM


AC : Année Commune de référence chez les peuples de la Flannesse.

L'histoire connue de la Flannesse débuta il y a un peu plus d'un millénaire, lorsque le grand conflit qui opposait les anciens empires sulois et baklunis engendra des migrations massives vers l'est à travers, autour et même sous les chaînes de montagnes occidentales. Ceci eut pour conséquence de mélanger races et cultures en un immense melting-pot qui définit aujourd'hui la Flannesse moderne.

Note : On trouvera les deux graphies, Flannesse ou Flanaesse.

Désastres et migrations

La source de l'animosité entre les empires suellois et baklunis se perd dans la nuit des temps, mais les conséquences de leur dernier affrontement continue de se faire sentir même à l'époque moderne. Après des décennies de conflit, les Mages de puissance sulois frappèrent les Baklunis avec la Dévastation invoquée, un désastre apocalyptique tel que sa véritable nature demeure encore inconnue à ce jour. Des villes entières et d'innombrables victimes furent éliminées de la surface de la Taerre, laissant derrière elles bien peu de symboles de cette grande civilisation qui prospérait depuis les hauteurs de Suel jusqu'à l'océan Dramidj.

En réponse à cette terrible attaque, un groupe de prêtres magiciens baklunis, rassemblés parmi les cercles de pierres protectrices connues sous le nom de Tovag Baragu, fit sévir la Pluie de feu incolore sur leurs ennemis détestés. Les cieux de l'Empire suellois s'ouvrirent et toutes les choses et formes de vie situées sous cette faille lumineuse furent réduites en cendres. Ces deux évènements ont marqué si profondément le monde qu'ils ont été surnommés les Cataclysmes jumeaux. Les Steppes arides et la mer de Poussière ne sont plus maintenant que deux symboles géographiques de ces immenses pouvoirs magiques employés sans restrictions et maintenant inconnus de tous.

Des milliers de gens survécurent aux premières années du conflit en fuyant vers l'est, de l'autre côté des Brumes cristallines. Les OEridiens, une confédération de tribus barbares établie près des empires en guerre, interprétèrent le conflit (et les raids associés des orques et des gobelins employés comme mercenaires des deux côtés) comme un signe les invitant à migrer vers l'est à la recherche de leur destin ultime. Ils constituèrent le premier grand groupe d'immigrants à entrer dans les terres des Flannas, qu'ils appelèrent dès lors la Flannesse.

Des réfugiés sulois ne tardèrent pas à les imiter, travaillant parfois de concert avec les OEridiens pour pacifier de nouveaux territoires mais guerroyant le plus souvent avec eux afin de déterminer quelle race les dominerait. Pendant plus de deux siècles, Suellois et OEridiens se battirent pour le contrôle des terres s'étendant des Brumes cristallines jusqu'à la côté du Solmor. Beaucoup de Sulois étaient dépravés et mauvais, ils perdirent la plupart des batailles et furent repoussés en périphérie de la Flannesse.

Même si certains Baklunis migrèrent eux aussi vers l'est, bien plus encore s'enfuirent au nord, vers les monts Yatil ou les rives de l'océan Dramidj, où leurs cultures anciennes s'épanouissent encore de nos jours. Les mercenaires inhumains que les OEridiens avaient justement tenté d'éviter se trouvèrent à leur tour emportés par ces migrations. Nombre de ces viles créatures qui infestent maintenant la Flannesse arrivèrent à la suite des OEridiens et des Suellois. Ils suivirent tout simplement la trace des humains, à la recherche de butins, de nourriture et d'esclaves.

Kéolande et Aerdie

L'union la plus réussie entre Suellois et OEridiens survint dans la vallée du Sheldomar, où la Kéolande fut fondée près de quatre-vints ans après les Cataclyses Jumeaux. Les maisons suelloises Rhola et Nehéli se joignirent aux tribus oeridiennes des rives du Sheldomar et se jurèrent assistance mutuelle et partage du contrôle de la Flannesse occidentale. Cet accord détermina le cours de l'histoire pour les neuf siècles qui suivirent. De tous les royaumes qui virent le jour en ces époques tumultueuses, seule la Kéolande a survécu et prospère encore.

Plus à l'est, la puissante de toutes les tribus oeridiennes, l'AErdi, atteignit le fleuve Flannie. De là, les AErdis se dispersèrent de nouveau, conquérant peuples indigènes et congénères immigrants sans discriminations aucune. Après un certain temps, le royaume d'AErdie en vint à contrôler la totalité de la Flannesse orientale et étendit ses frontières vers l'ouest. Un siècle et une décennie après la vataille des quinze jours, qui vit disparaître la dernière réelle menace à la souveraineté aerdienne, le chef de l'AErdi fut couronné roi suprême du Grand royaume. Le roi suprême Nasran décréta également la mise en place d'un nouveau calendrier et, avec la Déclaration de la paix universelle, le soleil se leva à l'est sur le premier jour de la première année commune. L'emprise impériale d'AErdie finit par englober des fiefs établis aussi loin que les Yatils et par contrôler le sud du Nyr Dyv avec une petite garnison établie à un poste de traite sans importance connu sous le nom de Faucongris.

A partir de 213 AC, le laxime des rois suprêmes aerdiens se fit grandissant, occupés qu'ils étaient à se soucier de leur prestige local et de leur richesse plutôt que des affaires de leur vassaux en des terres éloignées. Cette période est aujourd'hui connue sous le nom de l'Âge de la grande tristesse. Chaque souverain qui mourait était remplacé par un successeur encore moins compétent et plus imbécile que le précédent, juqu'à ce que toutes les colonies éloignées de l'AErdie eussent déclaré leur indépendance.

La vice-royauté de Ferrond fut la première à franchir le pas, devenant le royaume de Furyondie. Bientôt, d'autres régions firent de même, rompant avec l'inefficce gouvernement du roi suprême. Après avoir gagné leurs guerres de rebellion, ils fondèrent leur propres gouvernements.

Lorsque survint 356 AC, la dynastie régnante d'AErdie de l'époque, la maison céleste de Rax, avait atteint des sommets de dépravation. En réaction, la province occidentale du Nyrond se déclara libre de toute attache au Grand royaume et élit l'un de ses nobles comme roi de ce nouveau domaine indépendant. Des armées provenant de toutes les provinces d'AErdies se rassemblèrent pour mettre fin à ce geste effronté. Au même moment, les barbares de la péninsule Thilonienne attaquèrent la Province du Nord du Grand royaume, forçant le roi suprême à dérouter une partie des troupes du front occidental. Le Nyrond survécut aisément à cette attaque et s'épanouit par la suite.

Au troisième siècle, le royaume de la Kéolande s'éveilla d'un long sommeil et se lança dans une série de conquêtes qui étendirent ses frontières. Cet empire fut de courte durée et, après moins de deux siècles, une série de vastes guerres et de probèlmes internes provoqua son effondrement. Les dépendances extérieures déclarèrent leur autonomie et la Kéolande retomba dans son isolement pacifique.

Les Ivid et Iuz

Le chapitre le plus sombre de l'histoire d'AErdie débuta en 437 AC. Cette année-là, l'arriviste maison Naelax assassina le roi suprême raxien, inaugurant du même coup une série d'épouvantables guerres civiles que l'on appela la guerre des Couronnes. En moins d'une décennie, Ivid Ier de Naelax fut reconnu comme le roi suprême incontesté de toute l'AErdie. Comme Ivid avait la réputation d'ête en cheville avec de puissants Extérieurs maléfiques, le Trône de malachite du Grand royaume fut connu sous le nom de Trône aux fiélons et cet empire autrefois puissant et véritable symbole de droiture devint un bastion du mal et de la cruauté.

Les nations de la Flannesse ne tardèrent à faire la connaissance d'une autre forme du Mal, beaucoup moins subtile, avec la montée au pouvoir de Iuz, dans les Etendues nordiques qui étaient, à l'époque, plus ou moins associées à la Furyondie. En 479 AC, un despote sans importance laissa en héritage son domaine des collines Hurlantes à son "fils", un être connu sous le nom de Iuz. En quelques années, Iuz fit la conquête de tous ses voisins, établissant son propre petit royaume. Les récits des réfugiés qui fuyaient vers la Furyondie parlaient d'un mal d'une ampleur difficilement imaginable. Ainsi, on racontait que Iuz se faisait construire une route de crânes humaines, depuis les collines Hurlantes jusqu'à Dorakaa, sa capitale ! Pire encore, les rumeurs et les divinations laissent entendre que Iuz est le rejeton d'une union maudite entre une nécromancienne et un démon. Il est décrit comme un demi-fiélon mesurant plus de 2,10 m, assoiffé de sang, de destruction et de conquêtes.

Des luttes politiques internes à la Furyondie empêchèrent le roi d'agir de manière décisive à ce moment-là, alors que le mal de Iuz aurait encore pu être mis en échec, de façon permanente. Au contraire, le seigneur cambion, profita pleinement de cette période juqu'e 505 AC, lorqu'il sembla disparaître de la surface de la Taerre. En vérité, Iuz était emprisonné sous le château de Faucongris par l'Archimage Fou, Zagig Yragerne, ancien seigneur maire de Faucongris. En l'absence de leur chef, les tribus orques et les sujets déloyaux de Iuz se disputèrent le contrôle de ses terres, permettant aux forces du Bien de récupérer pendant un certain temps.

Trois évènements contribuèrent à entretenir le sentiment de sécurité de la Furyondie et ses alliées. Premièrement, une partie du royaume de Iuz, désormais privé de gouvernement, fut annexée par un voisin presque aussi malfaisant, la Société cornue.

Deuxièmement, la tristement célèbre Horde du Mal élémentaire, un rassemblement d'adeptes de cultes et de vilains, se manifesta pour la première fois près de ses quartiers généraux établis dans un temple au sud de la ville de Verbobonc. La Horde n'était que l'instrument de Zuggtmoy, la conjointe infernale de Iuz. Elle lui enseigna d'étranges préceptes, selon les instructions de son amant absent. Cependant, le brigandage de la Horde fut finalement vaincu en 569 AC, à la bataille des plaines d'Emerydie. Ce jour-là, le prince Thrommel de Furyondie conduisit les forces de son pays, de Véluna, de Verbobonc et de bien d'autres à une victoire qui se solda par la destruction du Temple. Troisièmement, les serviteurs humains et les orques fidèles de Iuz devinrent de véritables fanatiques dévoués à leur seigneur absent. Avec le temps, les chefs de ces cultes dévoués à Iuz acquirent des pouvoirs magiques, éveillant les plus vives craintes de la Furyondie. De plus, en 570 AC, un guerrier aventurier et trouble-fête du nom de sir Robilar libéra Iuz de son emprisonnement. Ce dernier revint dans ses terres encore plus puissant et plus terrifiant que jamais, disposant d'un clergé maudit pour diriger ses troupes.

Le ciel s'assombrit...

Les années depuis le retour de Iuz sont souvent considérées comme le prélude d'un conflit à venir. Plusieurs forces déstabilisantes entrèrent en jeu, modifiant l'équilibre des puissances dans la Flannesse. La plus insidieuse de clelles-ci était la Fratrie écarlate, un orde monastique secret dont on apprit l'existance pour la première fois en 573 AC, l'année même de la disparition du prince Thrommel de Furyondie, héros des plaines d'Emerydie.

De fréquentes escarmouches entre la Province du Sud de l'AErdie et le Nyrond dégénérèrent en hostilités ouvertes au début de 579 AC, lorsque le roi suprême Ivid V entra en guerre contre la Ligue dorée (le Nyrond, l'Almor et la Ligue de fer).

Le pillage des terres de la Pavoisie par les Royaumes brigands et la Société cornue qui débuta en 579 AC affaiblit tout aussi efficacement la région entière, laissant la Pavoisie en ruine. Iuz prit bonne note de cette situation et la mit à profit dans ses plans grandioses de conquêtes.

Enfin, peu mentionné, une rumeur s'étend sur la Flannesse sur la recrudessence des rites pour Vecna. Son clergé pourrait s'attaquer aux plus solides piliers de la Flannesse, le Cercle des Huit. Mais, ça reste pure fiction...


Tiré de l'Atlas de Greyhawk

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard